Danièle Noël invitée de RCF: ré-écoutez son interview du 5 mai

Logo Est Rép

Danièle Noël œuvre quotidiennement pour l’Europe. Dans le cadre de son mandat de Conseillère Déléguée à l’Europe, elle s’engage sur le terrain. Depuis quelques jours, vous pouvez, vous aussi, participer à son élan grâce au « Mai de l’Europe », une série d’évènements qui se déroulent tout au long du mois de Mai. Vendredi 5 mai, Danièle Noël répondait aux questions de Pascale Michotte sur RCF Nancy. Une interview à réécouter directement via le lien ci-dessous.
D’autres rendez-vous seront à suivre très prochainement sur notre site.

Danièle Noël invitée de RCF: ré-écoutez son interview

Logo Est Rép

Danièle Noël œuvre quotidiennement pour l’Europe. Dans le cadre de son mandat de Conseillère Déléguée à l’Europe, elle s’engage sur le terrain. Dès Samedi, vous pourrez vous aussi, participer à son élan grâce au « Mai de l’Europe », une série d’évènements qui se dérouleront tout au long du mois de Mai. Mais en avant-première, Danièle Noël répondait aux questions de Pascale Michotte ce 27 avril. Une interview à réécouter directement via le lien ci-dessous.
D’autres rendez-vous seront à suivre très prochainement sur notre site.

Sans amertume, Bayrou se réincarne en Macron (Libération, 21 mars 2017)

Logo Est Libération

Son ralliement a donné un coup de fouet à la candidature du candidat d’En marche. Le maire de Pau voit en l’ancien ministre de l’Economie la chance de réaliser son projet de fusionner les centres, après trois candidatures infructueuses.

François Bayrou et Emmanuel Macron à Paris le 23 février. Photo Jacques Demarthon. AFP

François Bayrou n’y croyait plus. A la faveur de la percée d’Emmanuel Macron dans la course à la présidentielle, voilà le leader centriste exilé à Pau de retour sous les projecteurs. Pas en tête d’affiche comme prétendant une nouvelle fois à l’Elysée, mais en maître Jedi qui ferait bénéficier son jeune padawan de son expérience et de sa sagesse, le guiderait vers les voies de la victoire en lui évitant de tomber du côté obscur de la force. «Je crois qu’en matière de campagne présidentielle, j’ai un peu d’expérience, non ?», glisse, amusé, le triple candidat défait à la magistrature suprême. «Cette alliance a contribué à rassurer une bonne partie de l’opinion. Il n’y a qu’à voir le bond de Macron dans les sondages après l’annonce de François Bayrou», ne manque pas de souligner le proche entourage du président du Modem. Le Béarnais se vante d’avoir réussi à infléchir le volet social du programme de Macron et de lui avoir imposé son exigence d’une loi de moralisation de la vie publique.

Fini donc les envolées à l’emporte pièce du maire de Pau à l’égard de l’ancien ministre de l’Economie de François Hollande. Que Bayrou dénonçait comme le candidat «de grands intérêts financiers incompatibles avec l’impartialité exigée par la fonction politique. Il y a là une tentative qui a déjà été faite plusieurs fois par plusieurs grands intérêts financiers et autres, qui ne se contentent pas d’avoir le pouvoir économique, mais qui veulent avoir le pouvoir politique». Aujourd’hui, Bayrou fait machine arrière toute. «J’observe aujourd’hui qu’il est très éloigné de tout cela, qu’il n’est en rien sous la coupe des puissances d’argent», bat sa coulpe le leader centriste qui confesserait même, pour une fois, une erreur d’approche psychologique. Il y a quelques mois encore, il prédisait avec assurance que la «baudruche Macron allait se dégonfler»

Un café avec Valls

«Aujourd’hui, aussi surprenant que cela puisse vous paraître, tout se passe très bien entre nous, en totale confiance. Nous nous téléphonons plusieurs fois par jours. Nous échangeons. Nous analysons la situation et discutons des choix», se réjouit ce pélerin d’un centre inféodé, ni à la droite, ni à la gauche. Au point que les deux hommes tiendront meeting commun le 12 avril prochain… à Pau bien entendu.

Un simple revirement de circonstances pour se mettre dans la roue du vainqueur ou le choix d’un possible renouveau de la vie politique autour d’un rassemblement que le leader centriste appelle de ses vœux depuis plus de vingt ans ? «Nous vivons un moment inédit. Nous assistons sous nos yeux à la décomposition des deux partis qui dominent la vie politique française depuis presque un demi-siècle», constate l’ancien patron de l’UDF qui, depuis maintenant près de vingt ans, milite pour cette recomposition de la vie politique allant du centre droit au centre gauche. Ce qu’il n’a pu mettre sur pied, Emmanuel Macron semble en passe de le réussir. Alors sans hésitation, Bayrou a tenu «à participer à la réalisation que quelque chose que je crois indispensable pour le pays. Je ne suis pas là en spectateur mais en tant qu’acteur. Je suis dans le concret, dans le réel même si je ne suis pas sur les affiches.»

Bayrou voit enfin l’heure de ses prédictions arrivée. «Les deux partis qui dominent la vie politique depuis plus de quarante ne seront pas au second tour. Leur élimination sera un acte de péremption. Ces partis meurent parce qu’ils n’offrent plus aucune vision», constate le centriste supplanté par le nouveau venu sur la scène politique. Il en veut pour preuve les récentes déclarations de Manuel Valls, l’ancien Premier ministre de François Hollande, qui a annoncé qu’il ne soutiendrait pas la candidature de Benoît Hamon. Les deux hommes se sont rencontrés. Quelques jours avant cette entrevue dans un bar de la place de la Bastille, François Bayrou disait «croire en la bonne fois de Manuel Valls. Il est tourmenté par le reniement face à ses propres convictions que lui impose le choix en faveur du vainqueur à la primaire socialiste. Je pense qu’il vit un dilemne personnel très fort.» Des réflexions très intimes nourries par des discussions discrètes avant ce café pris ensemble en public par les deux hommes.

Passer le flambeau

Si Bayrou posséde l’antériorité de discours sur l’inéluctable recomposition du pouvoir politique, Macron semble, à ses yeux, en mesure de la mener à bien. D’ou sa proposition d’alliance électorale faite au leader d’En marche. «Les prochaines élections législatives vont donner une chambre inédite qui obligera à chercher des alliances plus large sur des projets et une vision partagée que celles défendues aujourd’hui par la confontation camp contre camp», parie François Bayrou. Une nouvelle assemblée ou le Modem espère bien être représenté en nombre à la faveur de son accord avec Macron.

Lors de la présidentielle 2007, sous l’étiquette UDF, Bayrou avait créé la surprise en devenant le troisième homme de l’élection présidentielle. Avant le premier tour, il fait alors une offre d’alliance à Michel Rocard, la figure de la «deuxième gauche» du PS qui, après maintes réflexions, la repousse. Même s’il a bien cherché – comme Jack Lang d’ailleurs, mais pour son propre compte – à faire renoncer Ségolène Royal en sa faveur. «Si Rocard avait accepté tout aurait pu basculer. Nous aurions alors pu gagner. Je me suis dit alors que, placé dans la même situation clef, je serais allé jusqu’au bout.» C’est ce qu’il fait aujourd’hui. Sans amertume, ni rancœur de devoir passer le flambeau à un plus jeune. Du moins Bayrou l’assure.

Christophe Forcari

L’appel à François Bayrou.

Logo France Bleu

Ce matin, Sonia Sadoune, vice-présidente du MoDem 54, était interrogée sur France Bleu Sud Lorraine, à propos de l’appel à la candidature de François Bayrou à la présidentielle 2017, lancé par les adhérents du MoDem 54.

Ré-écoutez cet entretien :

Dans le journal de 7h00:

 

 

Dans le journal de 8h00:

Retrouvez également le Communiqué de presse du MoDem 54 appelant à la candidature de François Bayrou à l’élection présidentielle.