#EU60 Anniversaire du Traité de Rome

 

Le MoDem 54 réaffirme son engagement européen

Le 25 mars 1957 à Rome, les six pays fondateurs de l’Union européenne, la France, l’Allemagne, l’Italie, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg signaient deux traités que l’on regroupe communément sous le nom de « Traité de Rome »:

Le traité instituant la Communauté économique européenne (CEE) qui met en place le marché commun et le traité instituant la Communauté européenne de l’énergie atomique (CEEA ou Euratom).

C’était il y a 60 ans.

Le Mouvement Démocrate de Meurthe-et-Moselle (MoDem 54) attaché aux valeurs européennes, entend bien, par la voix de sa présidente, Danièle Noël, célébrer cette date symbolique et réaffirmer que l’avenir de la France passe par la relance du projet européen et par un engagement accru de la France en Europe.

Ce jour là, c’ est la vie de l’Europe qui a commencé.

Cette date a marqué le début de la plus longue période de paix dans l’histoire de l’Europe et dont nous célébrons l’ anniversaire.

Pendant 60 ans, nous avons construit, pas à pas, une Union qui encourage la paix, la coopération, la liberté , le respect de la dignité humaine, la démocratie, l’égalité et la solidarité.

Ces dernières années, la France a fait pâle figure au sein de l’Union européenne.

Aujourd’hui, c’est à nous qu’il appartient de concevoir un avenir commun et meilleur pour l’Europe et de démentir nationalistes, populistes, tous ceux qui souhaitent la détruire en scandant: « c’est la faute à Bruxelles ».

Ceux qui scandent de tels propos ne sont là que pour se déresponsabiliser ou faire naître les idées simplistes d’un repli identitaire chimérique voire mortifère.

Aujourd’hui, nous devons retrouver la fierté d’être Européens.

Il nous appartient de dire haut et fort que l’Union européenne est la première puissance économique dans le monde, qu’il y a dans cette Europe une promesse de paix, de liberté et de prospérité.

Tous les dirigeants et gouvernements des Etats membres de l’Union savent qu’il nous faut changer les rapports entre le pouvoir national et le pouvoir européen.

Les multiples crises – dette souveraine, migrants, sécurité, Brexit – ont souligné la difficulté des Européens à mettre en œuvre des réponses rapides, claires et communes :

l’Union Européenne doit parler d’une seule voix.

Le Brexit, que les Britanniques vont devoir assumer en y perdant beaucoup, a agi comme le révélateur d’une possible déconstruction de l’Union européenne.

C’est un électrochoc qui nous rappelle que rien n’est jamais acquis, que si nous voulons une Europe politique, il nous faut faire de la politique ensemble et non pas chacun dans son pays.
Il ne faut jamais et en rien baisser les bras.

Il y a un peu plus de 70 ans, nous avons essayé la haine.
Nous avons bien failli y laisser notre peau.

Nous devons avoir le courage de poursuivre la construction d’une Europe voulue par ses pères fondateurs, une Europe de prospérité et de progrès social, une Europe qui soit exemplaire et capable de rayonner de par le monde.

L’Europe est notre force. Elle est notre chance !

Danièle Noël
Présidente MoDem 54
Nancy, le 10 mars 2017